Miel à Propos

Conférence Dr Henri Joyeux - Les produits de la ruche pour votre santé

Le Curcuma, un antiviral puissant

Publié le 11/09/2012 (source : Journal International de Médecine)

C’est une « découverte » qui passionne tant les Américains qu’elle a été reprise par plusieurs media grand public et de nombreux sites spécialisés dans la communication médicale : la curcumine (issue du curcuma) empêche le virus de la fièvre de la vallée du Rift de se multiplier dans un modèle cellulaire expérimental. Suit la description des mécanismes en jeu, tels que  décryptés par les auteurs du G. Mason University, USA : la curcumine développerait son effet inhibiteur en interférant avec les mécanismes de phosphorylation IKK.β2 de la protéine virale NSs, avec altération du cycle cellulaire normal. Un phénomène qui a pu être retrouvé aussi avec la souche virale ZH501, hautement virulente ; enfin, nec plus ultra, la curcumine « down- régulerait » la réplication virale dans le foie de souris expérimentalement infectées. CQFD.

La curcumine, donc, douée d’une efficacité antivirale remarquable ? A. Narayanan, première auteure de l’article, est d’origine indienne et à ce titre élevée au curcuma, ce qui a certainement été une grande motivation pour elle. Son remarquable travail, cependant, confirme encore une fois que le curcuma, épice ancestrale majeure de la médecine ayurvédique, pourrait être douée d’activités anti infectieuses –en l’occurrence antivirales- remarquables. Une recherche bibliographique rapide semble confirmer le fait, avec pour l’exemple deux publications particulièrement contributives. La première, réalisée par D-Y Chen et al., de Taiwan (Food Chemistry, 119 ; 1346-51), démontrait en 2010 qu’un traitement à la curcumine 30 µM réduisait de 90 % la production de virus grippaux d’une culture cellulaire, les auteurs évoquant en outre un effet direct de la curcumine sur l’infectiosité de particules virales H1N1 ou H6N1.  La seconde, la même année  (Zandi K et al, Nat Prod Commun), comparait l’activité de plusieurs produits naturels sur des cellules Vero infectées au virus herpes simplex HSV-1, et montrait que les meilleurs effets étaient obtenus par la curcumine et ses dérivés…

Nombreux sont les Indiens qui soignent, depuis longtemps,  leurs maux de gorge et autres syndromes grippaux en absorbant leur dose quotidienne de curcuma. La science semble aujourd’hui leur donner raison, et les dérivés du curcuma promis à un bel avenir. A. Narayanan souhaite poursuivre ses recherches avec d’autres virus, Bunyavirus, alphavirus (encéphalite équine) et même retrovirus (dont le VIH). On attendra les résultats de ses travaux avec intérêt.

Dr Jack Breuil

Si l'Abeille venait à disparaître

« Si l’abeille disparaissait du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre », disait Einstein. Des femmes et des hommes qui travaillent au quotidien avec les abeilles et qui font tous le même constat : l’Apis millefera disparaît sans que l’on sache vraiment pourquoi. Entre 50 % et 90 % des abeilles ont disparu depuis quinze ans. Cette épidémie est en train de se propager de ruche en ruche sur toute la planète. Partout le même scénario : par milliards, les abeilles quittent leurs ruches pour ne plus y revenir. Arrivée sur terre il y a 60 millions d’années avant l’homme, l’abeille à miel est aussi indispensable à notre économie qu’à notre survie. Aujourd’hui, nous avons tous de quoi être préoccupés : 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, pas de pollinisation, donc pratiquement plus de fruits ni de légumes.

5 Idées reçue sur le Miel

Les produits les plus courants sont souvent les plus méconnus. Le miel est une substance sucrée transformée par les abeilles mellifères, à partir de nectar ou de miellat. Elles le stockent (avec le pollen) dans une ruche et s’en nourrissent tout au long de l’année, en particulier l’hiver. Il circule sur le miel de nombreux mythes et légendes urbaines. Si on démêlait le vrai du faux? Comment l’abeille transforme le nectar en miel ? Une fois posée sur une fleur dite mellifère, l’abeille butineuse allonge sa langue et récolte le nectar qu’elle stocke provisoirement dans son jabot. Elle peut aussi récolter du miellat, un sucre produit par les pucerons, les cochenilles, à partir de la sève des arbres. Elle produira alors du miel de sapin, miel de forêt, etc…
Lors de son vol de retour à la ruche, la transformation du nectar en miel démarre. L’abeille y ajoute dans son jabot une enzyme (l’invertase) qui produit une réaction chimique : l’hydrolyse du saccharose qui le transforme en glucose et en fructose.
Une fois dans la ruche, la butineuse régurgite le nectar hydrolysé à une receveuse qui régurgitera plusieurs fois ce nectar riche en eau, en le mélangeant à de sa salive et à ses sucs digestifs, afin de digérer ces sucres. Elle le stockera ensuite dans les alvéoles. Des ouvrières chargées de ventiler la ruche (pour y maintenir une température constante d’environ 38°C) le miel sera déshydraté. Lorsque sa teneur en eau sera inférieure à 20 %, les abeilles vont operculer (c’est à dire boucher) à l’aide de cire, les alvéoles de stockage. Le miel ainsi stocké leur servira de réserve de nourriture pour les saisons très sèches ou très froides.
La butineuse récolte également du pollen car il est très riche en protéines, et servira à nourrir les larves de la ruche. Elle le récolte en stockant de petites boules de pollen sur ses pattes arrières. Les cellules royales (les futures reines) seront elles nourries uniquement avec de la gelée royale.

Quelle est la durée de conservation du miel ? Comment le conserver ? Le miel comme tous les produits alimentaires a une DLUO : Date Limite d’Utilisation Optimale, qui garantit les qualités organoleptiques du produit. Cependant des archéologues ont retrouvé des jarres
contenant du miel dans les tombeaux égyptiens, et 3000 ans plus tard il s’est avéré qu’il était toujours consommable…
Pour garantir une bonne conservation du miel, il est préférable de le conserver à l’abri de la lumière et de la chaleur.

Comment reconnaître un vrai miel ? Seule l’analyse pollinique permet de vérifier l’origine botanique et géographique du produit. Cette analyse a un coût d’environ 80€, il est donc onéreux, en tant que consommateur, d’analyser chaque pot acheté…  Cependant, rappelez-vous que tous les miels finissent par cristalliser, et c’est un gage de qualité. Il peuvent parfois “déphaser” : une partie est cristallisée et l’autre non, c’est souvent le cas avec le miel de châtaigner.  Vous aurez aussi toujours plus de chance d’avoir un “vrai” miel lorsque vous l’achetez en rayon (appelé aussi miel en brèche).
Le miel crémeux, désigne un miel dans lequel on a introduit de l’air, en le “fouettant”. Il reste ainsi très souple. Mais c’est bien l’apiculteur qui rend le miel “crémeux”, et non pas les petites abeilles.

Puis-je ajouter une cuillère de miel à ma tisane pour soigner ma gorge ? Si vous souhaitez soigner votre gorge avec du miel, il est préférable de le prendre à cru : une cuillère directement dans la bouche, ou sur une tartine. En effet, lorsque le miel est chauffé, il perd ses “bons” enzymes”, et ses qualités antibactériennes. Ce n’est donc plus qu’un sucre, certes un sucre naturel et non raffiné, mais ce n’est plus un soin.

A partir de quel âge mon enfant peut commencer à manger du miel ? Il est préférable d’introduire le miel, une fois la diversification alimentaire terminée, afin de réduire les risques d’allergie. En effet, le “véritable” miel contient, entre autres, des traces de propolis, qui est le produit le plus allergisant issu de la ruche.

 

7 Utilisations peu commune sur le Miel

Il y a des aliments, des indispensables à avoir toujours dans nos placards en toutes circonstances, comme le miel. Reconnu pour ses nombreuses vertus, il en existe une multitude de variétés. Du miel de Lavande, en passant par celui d’acacia ou encore de Sapin,  nous allons découvrir 7 utilisations peu communes de cet aliment délicieux.

• Pour booster le système immunitaire Le miel est un énergisant naturel qui permet de renforcer les défenses de l’organisme. Il peut également être utile pour réduire les allergies, au pollen par exemple. En pratique : Vous pouvez consommer une cuillère de miel diluée dans un verre d’eau. Sinon, vous pouvez le consommer dans une tisane, ou encore un smoothie.

• Pour se soigner naturellement Composé de propriétés bienfaisantes, le miel est un antibiotique naturel qui contribue à lutter contre des pathologies comme la salmonelle. En pratique : Vous pouvez également le consommer pur ou mélangé dans une boisson.

• Pour calmer les brûlures et les coupures Le miel contient un composant nommé peroxyde d’hydrogène qui est utile pour désinfecter et protéger les blessures de la peau. Lorsque nous l’appliquons sur une zone de notre corps affectée par ce type de maux, le glucose qu’il contient se mélange avec notre fluide corporel. Ceci a pour effet de libérer le composant peroxyde d’hydrogène. Il a également des propriétés calmantes qui sont utiles pour soigner les brûlures causées par une exposition au soleil ou au feu. En pratique : Afin de bénéficier de ces vertus calmantes et désinfectantes, vous pouvez appliquer un peu de miel sur une brûlure ou une coupure.

• Pour hydrater les lèvres Avec le froid, nos lèvres ont parfois tendance à devenir sèches et gercées. Si vous recherchez un baume à lèvres naturel et efficace vous pouvez opter pour le miel. En pratique : Étalez un peu de cet aliment sur vos lèvres. Cela aidera à cicatriser plus rapidement et à les hydrater.

 Pour traiter l’acné La consistance épaisse et collante du miel permet d’extraire plus facilement les impuretés de la peau. D’un autre côté, ses excellentes propriétés et ses nombreux nutriments permettent de réparer la peau plus rapidement. En pratique : Vous pouvez réaliser un masque, pour cela il vous suffit de mélanger du miel avec de la cannelle. Pour les proportions, il faut compter une cuillère à soupe de cet aliment pour quelques pincées de cannelle.

• Pour nourrir les cheveux Le miel est un excellent hydratant qui permet de lutter contre les pellicules. Ainsi, il renforce les racines des cheveux et permet d’avoir une chevelure douce. Il est dont possible de l’utiliser comme un après shampoing naturel. En pratique : Vous pouvez réaliser un masque en appliquant sur votre cuir chevelu et votre chevelure une couche de miel. Laissez agir une vingtaine de minutes, puis rincez abondamment pour éliminer tous les résidus.

 Pour conserver les fruits Une gelée spéciale composée de conservateurs permet de conserver les fruits en bocaux. Il existe une alternative plus saine et naturelle, le miel. En pratique : Lorsque vous utilisez des fruits acides, optez pour deux doses de cet aliment pour une dose d’eau. Lorsque vous utilisez des fruits sucrés, optez pour une dose de cet aliment pour une dose d’eau. Il vous suffit de verser les fruits dans des bocaux propres et stérilisés. Mélangez ensuite le miel et l’eau, et versez votre préparation sur les fruits en veillant à les recouvrir. Fermez ensuite vos bocaux. Vous obtenez ainsi des fruits conservés dans un délicieux sirop.

Afin de bénéficier de tous les bienfaits de cet aliment, nous vous conseillons de choisir un miel de qualité. Il est préférable d’éviter d’acheter des produits bas de gamme dans les grandes surfaces. En effet, ce type de produits ressemble plus à un mélange composé de sucres ajoutés, de conservateurs et d’arômes.

Apithérapie

L’idée de s’enduire le corps de miel ou de se faire piquer par des dizaines d’abeilles à des fins thérapeutiques peut sembler saugrenue. C’est pourtant le principe de l’apithérapie. Une forme de médecine douce qui consiste à se soigner avec les produits de la ruche.

Le miel, le pollen ou encore le venin d’abeille sont une synergie d’éléments issus de la nature dont les propriétés médicinales sont extrêmement vastes. L’apithérapie consiste à utiliser ces produits précieux et naturels à des fins thérapeutiques. Et la pratique n’a rien de nouveau. Déjà en Égypte antique – mais aussi chez les Incas, en Chine ou en Grèce antique -, on attribuait pas moins de 48 usages pharmaceutiques aux produits des abeilles, tant pour soigner les vivants que pour embaumer les morts. Aujourd’hui, face à l’essor des médecines alternatives, l’apithérapie bénéficie d’une popularité croissante. On fait le point sur les mille et une vertus santé des produits de la ruche. Le miel de manière générale avec la richesse en vitamines et oligo-éléments du miel en fait également un excellent redynamisant, tant sur le plan physique qu’intellectuel. Grâce à son action antibactérienne, le miel est couramment utilisé pour soulager les diverses infections liées au froid, comme la toux, les maux de gorge et les troubles du système respiratoires. Une propriété qui lui confère également une action cicatrisante notable. Des études cliniques ont attesté de l’efficacité du miel dans le traitement de plaies ou de brûlures. Démontrant son action régénératrice pour les tissus. En Inde et en Amérique centrale, on recourt à certains miels pour traiter certains troubles oculaires comme les cataractes ou les conjonctivites par cataplasme.

La gelée royale
Aussi surnommée le lait des abeilles dans le jargon apicole, la gelée royale est une sécrétion blanchâtre produite par les abeilles nourricières. Elle est destinée aux larves et à la reine, exclusivement. Sa richesse nutritive en fait un élément tonifiant et revitalisant pour le système immunitaire.
Elle contribue également à la vitalité de l’organisme en jugulant le développement de bactéries pathogènes et virus.

La propolis
La propolis est un mélange résineux de couleur sombre composé d’éléments végétaux et utilisé pour tapisser l’intérieur de la ruche afin de l’aseptiser et d’en assurer l’étanchéité. Cette résine est particulièrement chargée en vitamines et antioxydants. En application externe, on l’utilise pour apaiser et aider à la cicatrisation des plaies et brûlures, de la même façon que le miel, mais aussi pour traiter certaines formes d’infections et d’herpès vaginaux.
Ses propriétés désinfectantes, antimicrobiennes et antifongiques en font un remède naturel contre certaines infections, notamment buccales. On peut y recourir pour soigner une gingivite ou un abcès ainsi que pour prévenir la formation de caries.
On lui prête aussi une action curative sur certaines infections des voies respiratoires. Des essais cliniques ont démontré son efficacité sur la réduction de l’intensité et de la fréquence de crises d’asthme.

Le pollen
Tonifiant, stimulant, détoxifiant, et la liste est encore longue. Le pollen recèle d’incroyables propriétés pour l’organisme. Il équilibre notamment la flore intestinale, et améliore le confort digestif tout en boostant les défenses immunitaires.
Le pollen est particulièrement riche en oligo-éléments et en acides aminés, ce qui en fait un élément de choix pour les personnes convalescentes ou âgées en perte de tonus.

Le venin
C’est probablement l’élément le plus étonnant lorsque l’on aborde les vertus thérapeutiques des produits de la ruche. Davantage connu pour les allergies qu’il peut occasionner, le venin d’abeille présente pourtant d’étonnantes propriétés médicinales.
On l’emploie notamment pour traiter les douleurs musculo-squelettiques telles que l’arthrite ou la tendinite. Il s’agit d’une méthode courante en Asie, notamment en Chine ou en Corée, bien qu’elle ne fasse pour l’instant l’objet d’aucune validation scientifique.
À la suite d’un traitement à base de venin, d’anciens malades disent même avoir guéri leur sclérose en plaques.